top of page

Sommet inaugural de l'UAR sur les changements climatiques et les médias: 6-7 mai 2024, Nairobi-Kenya



THEME:

RÉDUCTION DES RISQUES DE CATASTROPHE ET SYSTÈMES D'ALERTE PRÉCOCE EFFICACES

SOLUTIONS DES MEDIAS AFRICAINS


06 - 07 mai 2024

Lieu: Hôtel Boulevard, Nairobi, Kenya


Note Conceptuelle


Le Bureau des Nations Unies pour la réduction des risques de catastrophe (UNDRR) note que le changement climatique, la croissance démographique, la consommation non durable, la perte de biodiversité, la dégradation écologique, les épidémies, l'insécurité alimentaire, l'instabilité politique et les conflits, l'instabilité financière et les inégalités, génèrent des risques et augmentent la vulnérabilité dans les pays. contextes de développement et humanitaires à travers le monde.

La nature changeante du risque nécessite de passer d’un traitement isolé des aléas à la reconnaissance de la nature systémique du risque, où les chocs se répercutent souvent et s’aggravent de manière complexe avec de vastes implications sociales, fiscales, économiques et environnementales.


Réduction des risques de catastrophe

La réduction des risques de catastrophe vise à prévenir de nouveaux risques de catastrophe, à réduire les risques existants et à gérer les risques résiduels, qui contribuent tous à renforcer la résilience et donc à la réalisation du développement durable.


La réduction des risques de catastrophe est l’objectif politique de la gestion des risques de catastrophe, et ses buts et objectifs sont définis dans les stratégies et plans de réduction des risques de catastrophe.


Une politique mondiale et convenue de réduction des risques de catastrophe est définie dans le Cadre d’action de Sendai pour la réduction des risques de catastrophe 2015-2030, approuvé par les Nations Unies, adopté en mars 2015, dont le résultat attendu au cours des 15 prochaines années est le suivant : « La réduction substantielle des risques de catastrophe et pertes en vies humaines, en moyens de subsistance et en santé, ainsi qu’en biens économiques, physiques, sociaux, culturels et environnementaux des personnes, des entreprises, des communautés et des pays ».


Systèmes d'alerte précoce

Un système intégré de surveillance, de prévision et de prévision des dangers, d'évaluation des risques de catastrophe, de systèmes et de processus d'activités de communication et de préparation qui permet aux individus, aux communautés, aux gouvernements, aux entreprises et à d'autres de prendre des mesures en temps opportun pour réduire les risques de catastrophe avant que des événements dangereux ne se produisent.


Les systèmes d’alerte précoce multirisques traitent plusieurs dangers et/ou impacts de type similaire ou différent dans des contextes où des événements dangereux peuvent se produire seuls, simultanément, en cascade ou cumulativement dans le temps, et en tenant compte des effets potentiels interdépendants. Un système d’alerte précoce multirisques ayant la capacité d’avertir d’un ou plusieurs dangers augmente l’efficacité et la cohérence des alertes grâce à des mécanismes et des capacités coordonnés et compatibles, impliquant plusieurs disciplines pour une identification et une surveillance actualisées et précises des dangers et de plusieurs dangers.


Des systèmes d’alerte précoce efficaces, « de bout en bout » et « centrés sur les personnes », peuvent comprendre quatre éléments clés interdépendants :

(1) Connaissance des risques de catastrophe basée sur la collecte systématique de données et d’évaluations des risques de catastrophe ;

(2) Détection, surveillance, analyse et prévision des dangers et de leurs conséquences possibles ;

(3) Diffusion et communication, par une source officielle, d'avertissements faisant autorité, opportuns, précis et exploitables, ainsi que d'informations associées sur la probabilité et l'impact ; et

(4) Préparation à tous les niveaux pour répondre aux avertissements reçus.


La nécessité d'impliquer les médias dans le processus

La portée et le pouvoir sans précédent des médias n’ont pas été pleinement utilisés dans la réduction des risques de catastrophe.

Les principales raisons en sont les suivantes :

- En général, les médias adoptent une attitude réactive face aux catastrophes. Lorsqu’il y a une catastrophe, les médias sont en concurrence mais très vite ils passent à d’autres sujets jusqu’à la catastrophe suivante.

- Dans de nombreux pays, les professionnels des médias ne sont pas prêts à remplir leur rôle crucial dans le processus de RRC. Ils n’ont pas les connaissances et les compétences nécessaires pour rendre compte de la question complexe de la RRC et de l’adaptation au changement climatique. Bref, le « messager » n’est pas prêt.

- Dans les grilles de programmes de nombreux radiodiffuseurs, il n'y a pas de place pour des programmes spécialisés qui mettent en lumière les problèmes de RRC, présentent des solutions et des bonnes pratiques internationales et nationales et engagent et servent les gens sur les questions cruciales de RRC qui affectent leur vie et leurs moyens de subsistance.

C’est pour cette raison que l’UNDRR et l’Union mondiale de radiodiffusion (UMA) ont décidé de lancer en 2020 le projet Media Saving Lives.

L'Union africaine de radiodiffusion (AUB), sous l'égide de l'UMA, a travaillé intensément avec le Bureau des Nations Unies pour la réduction des risques de catastrophe (UNDRR) au cours des 4 dernières années pour intégrer la couverture de la réduction des risques de catastrophe dans les médias en Afrique dans le cadre de l'initiative Union Mondiale de radiodiffusion (World Broadcasting Unions) - WBU / UNDRR pour sauver des vies dans les médias :


 

Objectifs principaux:

Le projet a trois objectifs :

 

RENFORCER la capacité des médias audiovisuels africains à jouer leur rôle dans la chaîne de communication d’alerte précoce dans leurs pays, afin qu’ils puissent transmettre des messages d’alerte précoce opportuns, précis et compréhensibles à un large public avant, pendant et immédiatement après les catastrophes.

ÉQUIPER les médias radio et TV des compétences nécessaires en matière de réduction des risques de catastrophe et de changement climatique, ainsi que des connaissances sur les solutions, afin qu'ils puissent diffuser des solutions de réduction des risques de catastrophe sur un large éventail de sujets tels que les inondations, l'alimentation, la sécurité de l'eau, ainsi qu'éduquer les gens sur la manière de se préparer à éviter que les risques naturels ne se transforment en catastrophes.

ENCOURAGER la collaboration interrégionale entre les unités de production d'informations et de documentaires pour couvrir les questions de réduction des risques de catastrophe et d'adaptation et faciliter l'échange d'informations au sein et entre les régions, afin qu'un ensemble de contenus de programmation actuels et pertinents soit disponible pour la syndication et le partage.


Résultat attendu :

- Engager au moins 30 organismes de radiodiffusion africains dans le projet ;

- Faciliter les réunions/mises à jour régulières entre les agences gouvernementales/les bureaux météorologiques et la gestion des médias audiovisuels ;

 

- Intégrer les médias dans les plateformes nationales de réduction des risques de catastrophes ;

- Améliorer le changement climatique et l'adaptation Unités de production et de documentaires en diffusion

    les organisations médiatiques ;

 

- Favoriser la sensibilisation des communautés locales aux enjeux du changement climatique et aux risques de catastrophe

   réduction grâce à la production de contenus d’actualités et de programmes créatifs et convaincants.

 

Bénéficiaires du projet

 Au cours des quatre dernières années, plus de 1 000 professionnels des médias issus de 33 organismes de radiodiffusion africains ont été formés.

         

PAYS

ORGANISME DE RADIODIFFUSION

1.

Nigeria

Nigerian Television Authority, NTA

2.

Zimbabwe

Zimbabwe Broadcasting Corporation, ZBC

3.

Kenya

Kenya Broadcasting Corporation, KBC

4.

Uganda

Uganda Broadcasting Corporation, UBC

5.

Cameroun (Français)

Cameroon Radio Television, CRTV (French)

6.

Cameroon (Anglais)

Cameroon Radio Television, CRTV (English)

7.

Île Maurice

Mauritius Broadcasting Corporation, MBC

8.

Bénin

Office de Radiodiffusion et Télévision du Bénin, ORTB

9.

Sénégal

Radiodiffusion Télévision Sénégalaise, RTS

10.

Guinée Conakry

Radio Télévision Guinéenne, RTG

11.

Comores

Office de Radio et Télé des Comores, ORTC

12.

Ghana

Ghana Broadcasting Corporation

13.

Zambie

Zambia National Broadcasting Corporation, ZNBC

14.

Burkina Faso

Radiodiffusion Télévision du Burkina, RTB

15.

Niger

Office de la Radio et de la Télévision du Niger, ORTN

16.

Mali

Office de radiodiffusion et de télévision du Mali, ORTM

17.

Madagascar

Télévision Malagasy, TVM

18.

Togo

Télévision Togolaise, TVT

19.

Sierra Leone

Sierra Leone Broadcasting Corporation, SLBC

20.

Malawi

Malawi Broadcasting Corporation, MBC

21.

Malawi

Association of community Radios

22.

Liberia

Liberia Broadcasting System, LBS

23.

Cote d’Ivoire

Radiodiffusion télévision ivoirienne, RTI

24.

Angola

Televisão Pública de Angola, TPA

25.

Rwanda

Rwanda Broadcasting Agency, RBA

26.

Namibie

Namibian Broadcasting Corporation, NBC

27.

République Démocratique du Congo  

Radio Télévision nationale congolaise, RTNC

28.

Mozambique

Televisão de Moçambique, TVM

29.

Tchad

Tchad 24

30.

Gabon

Radio Télévision Gabonaise, RTG

31.

Tanzanie

Tanzania Broadcasting Corporation, TBC

32.

Gambie

Gambia Radio & Television Services, GRTS

33.

Botswana

Botswana Television, BTV


Parmi eux, 22 organismes de radiodiffusion ont participé à des coproductions sur les inondations, la sécheresse et les systèmes d'alerte précoce.

 

Le sommet inaugural de l'UAR sur la réduction des risques de catastrophe et les systèmes d'alerte précoce efficaces : solutions médiatiques africaines.


Le troisième élément clé d'un système d'alerte précoce efficace, à savoir la diffusion et la communication d'informations précises et exploitables, met en évidence le rôle des médias dans la réduction des risques de catastrophe.

Il est largement reconnu que même si l’Afrique contribue le moins au changement climatique, elle est souvent plus durement touchée par les extrêmes climatiques, avec peu ou pas de soutien pour en atténuer les impacts. Le continent est inondé par des phénomènes météorologiques extrêmes, notamment la désertification, les sécheresses, les inondations, la perte de biodiversité, la pollution et les conflits causés principalement par la ruée vers la diminution des ressources et des sources de revenus.

En tant qu'agents de mobilisation, d'éducation et de sensibilisation du public ainsi que de transformation sociale, les médias en Afrique ont des fonctions cruciales à remplir en diffusant des messages en cascade sur la RRC aux populations, en particulier à la base, pour les tenir informés des catastrophes ; comment prévenir, gérer et s’adapter lorsque le besoin s’en fait sentir.

 

Objectifs du Sommet de l'UAR sur le changement climatique et la réduction des risques de catastrophe

Ce sommet vise donc à :

-Faire un examen approfondi des défis et des progrès réalisés dans la couverture de la RRC dans les médias africains ;

-promouvoir le rôle des médias en Afrique dans la diffusion d'informations opportunes pour gérer les risques associés aux catastrophes, en particulier celles provoquées par le changement climatique ;

-Exposer les professionnels des médias à l'apprentissage direct de l'action climatique et de la préparation aux catastrophes. Travail des parties prenantes ;

-Promouvoir le lien entre les diffuseurs et les acteurs de la gestion des risques de catastrophe ;

-Construire un réseau de journalistes couvrant les questions de changement climatique, d'adaptation et de risques de catastrophe en Afrique.


Télécharger

  • Le programme du sommet

Draft Agenda AUB Media Summit on Climate Change 09-04
.pdf
Télécharger PDF • 507KB


  • La note conceptuelle (PDF)

Concept Note AUB CC SUMMIT F
.pdf
Télécharger PDF • 279KB





















Bình luận


Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Pas encore de mots-clés.
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square
bottom of page