top of page

Note Conceptuelle du Sommet de l'UAR sur l'Intelligence Artificielle - Kigali, Novembre 2023

CONFÉRENCE INTERNATIONALE DE L'UNION AFRICAINE DE RADIODIFFUSION


14, 15, 16 Novembre 2023, Kigali-Rwanda “LES NOUVELLES FRONTIÈRES DES MÉDIAS AFRICAINS: L’INTELLIGENCE ARTIFICIELLE”


NOTE CONCEPTUELLE

DOCUMENT NARRATIF

1) Le problème: fascination et inquiétude

Les médias audiovisuels africains doivent se préparer à la révolution de l’Intelligence Artificielle. Cette nouvelle donne qui touchera tous les domaines de la vie sociale aura un impact particulier sur les médias en général et, tout spécialement, les médias audiovisuels africains notamment sur l’information, les connaissances et les divertissements qu’ils proposent à leurs publics.

L’Intelligence Artificielle produit des images plus authentiques que celles du terrain. Elle imite des voix humaines et construit des éléments de langage irréprochables ou presque. Elle formate des contenus de programmes, détermine les séquences artistico-techniques, décide des enchaînements de montage, crée les musiques, propose les meilleures plages de programmation et, par la suite, agrège les audiences et suggère des partenaires publicitaires, lit les échanges sur les médias sociaux et y répond. Elle le fait déjà. Elle fera plus encore à l’avenir.

À n’en point douter, à la fois des ouvertures, mais aussi des menaces s’annoncent pour les médias. Plus que l’automatisation ou la numérisation des processus, l’IA a déjà et aura dans les prochaines années, une influence majeure sur la collecte et le traitement de l’information, sur la conception, la production, la distribution et la programmation des contenus audiovisuels et sur la maîtrise des antennes des radios et des télévisions ainsi que sur l’usage organisationnel des médias sociaux. Et les médias africains seront, qu’ils le veuillent ou non, embarqués dans la tourmente de ce phénomène d’ampleur qui, dans ses impacts, pose des questions déontologiques et éthiques, sociales et humaines, juridiques et techniques, professionnelles et politiques. Ils observent déjà avec une certaine inquiétude le tableau qui se présente à eux.


2) Une première solution: une réflexion commune

L’UAR (Union Africaine de Radiodiffusion) est la plus grande organisation professionnelle de radio et de télévision d’Afrique. Elle compte plus de 80 organismes audiovisuels publics et privés membres. Couvrant tout le continent, elle a pour mission le développement de la radiodiffusion et la télévision en Afrique qui tient compte des attentes et des aspirations des Africains.

L’UAR, organisation panafricaine qui joue un rôle de sentinelle pour ses membres et pour le continent, est forcément interpellée par les bouleversements attendus. Consciente de son mandat continental, elle a l’obligation d’apporter sa contribution en permettant à ses membres d’engager une réflexion commune et approfondie autour de ce nouveau phénomène, d’où l’organisation d’une conférence internationale.

Cette conférence internationale se tiendra sous la présidence effective de Son Excellence Monsieur Paul Kagamé, Président de la République du Rwanda.


3) Objectif de la conférence: sensibilisation et information

L’UAR veut s’assurer la présence d’experts de haut vol, d’Afrique et des autres continents, pour conscientiser et édifier les organes audiovisuels africains aux extraordinaires jeux, enjeux et impacts de l’Intelligence Artificielle envisageables sur leurs activités et aux bouleversements prévisibles dans leur secteur. Elle fera donc le point sur les bases et sur l’avancement des usages de cette innovation, le niveau de connaissance, de compréhension et de préparation de ses membres. Elle ébauchera également des méthodologies et des stratégies pour l’avenir en termes d’orientation des pratiques et des politiques organisationnelles voire nationales ou continentales.

Au fond l’objectif premier consiste à poser sur la table des organisations audiovisuelles africaines les interrogations de base qui surgissent du jaillissement de l’Intelligence Artificielle sur la scène contemporaine et d’imaginer des méthodologies politiques, économiques et cognitives pour sa domestication. Celle-ci doit viser un meilleur service pour les auditeurs, les téléspectateurs et les internautes africains.


4) Cibles: managers, organisations, mais in fine, les publics

La conférence est dédiée aux hauts managers de l’audiovisuel africain, membres de l’Union Africaine de Radiodiffusion. Mais à travers cette première cible, la conférence vise les dirigeants de tous les médias audiovisuels africains et leurs collaborateurs stratégiques, techniques et professionnels. Au bout du compte, nous visons la grande masse africaine que le nouveau paradigme pourrait inquiéter jusqu’à entamer gravement la confiance aux médias.

Les experts sollicités pour les présentations sont de différents profils: des inventeurs, des universitaires, des chercheurs et praticiens de l’IA dans les grandes organisations multinationales ou des professionnels du monde médiatique susceptibles de permettre une bonne compréhension et une mise en contexte structurante du phénomène.


5) Contenu de la conférence: préparer l’action

La conférence internationale se tiendra à Kigali au Rwanda les 14, 15 et 16 Novembre 2023. Son contenu vise à:

a) Présenter l’écosystème de l’Intelligence Artificielle et ses multiples impacts sociaux dans les différents domaines de la société et identifier les atouts qu’elle génère et les limites qu’elle suggère;

b) Discuter de l’IA dans les médias et notamment les médias audiovisuels en abordant la question de la désinformation, du plagiat, de la manipulation et de la confiance aux médias dans un milieu où le factice pourrait prospérer;

c) Permettre aux décideurs d’identifier des menaces et des opportunités dans les domaines de l’éthique, des contenus, des technologies, de la commercialisation, des politiques éditoriales, du management interne ou des ressources de l’environnement;

d) Envisager les stratégies d’avenir pour l’appropriation de l’IA en vue de conserver et conquérir les audiences ainsi que les nouvelles niches.


6) Résultats attendus: la confiance du public

À la fin de la conférence, nous nous attendons à voir les hauts dirigeants de l’audiovisuel africain informés sur la question de l’impact de l’Intelligence Artificielle sur les médias, préparés à adopter des mesures pour tirer le plus grand bénéfice de cette révolution tout en évitant ses pièges.

L’UAR s’attend à ce que les membres ayant participé activement à la réflexion ressortent aguerris et suffisamment attentifs à la problématique de l’Intelligence Artificielle. Au moins les composantes concrètes suivantes devraient être perceptibles:

a) Les médias audiovisuels africains sont informés et sensibilisés à la nouvelle dynamique introduite par l’IA et conscients qu’il faut en minimiser les risques et en maximiser la productivité.

b) Les médias audiovisuels africains sont plus outillés pour comprendre, ou tout au moins pour prendre la mesure de l’ampleur des changements possibles.

c) Les médias tiennent compte, dans leurs productions journalistiques et de divertissement, de l’équation de l’IA et tirent le meilleur profit de ces avancées tout en évitant ses pièges.

d) La centaine de managers membres de l’UAR sont conscients des enjeux et sont capables de prendre les premières décisions stratégiques ou pratiques nécessaires dans le nouvel écosystème.

e) Les dirigeants des radios et télévisions posent les bases d’une stratégie efficiente et concertée. Ils envisagent les modalités d’accueil de l’Intelligence Artificielle dans les médias africains.

f) Les publics africains, in fine, sont mieux informés et tirent profit des avantages de la manne de l’IA tout en ayant confiance en leurs médias et l’assurance que les risques inhérents au phénomène sont contrôlés.


7) Nos partenaires de l’événement: respectueux de l’Afrique

Nos partenaires sont des organisations et institutions impliquées dans l’observation ou l’avancement de l’Intelligence Artificielle partout dans le monde qui respectent notre continent. Ils sont soucieux du développement de l’Afrique ou du développement international. Ils sont conscients du rôle des médias dans les contextes culturels et économiques africains et interpellés par les impacts de l’Intelligence Artificielle sur nos sociétés et en particulier sur nos médias.

Ils peuvent s’impliquer et participer à nos activités sur site ou sur différents supports et ainsi tirer parti de la forte visibilité de l’événement auprès des décideurs des médias d’Afrique et du monde invités ou intéressés ainsi que dans la couverture médiatique en Afrique et dans le monde.

Ils auront droit à des espaces, des activités, des ouvertures, des territoires ou des mentions dans notre conférence et dans nos communications et relations publiques, sur nos affiches, version papier et support numérique. Plus spécifiquement, ils peuvent aussi acquérir des pages publicitaires dans la plaquette de l’événement version papier et version numérique, participer à des démonstrations sur site ou à des expositions sur les lieux de l’événement ou des activités de la conférence. Ils peuvent imaginer et nous proposer des opérations pour leur et notre visibilité.

Conclusion

L’UAR entend, par cette conférence internationale, engager une prise de conscience par une conversation structurée sur l’un des phénomènes qui pourrait redimensionner la civilisation contemporaine. Les médias jouent un rôle décisif dans la société africaine. En introduisant le débat sur l’Intelligence Artificielle dans les médias du continent, l’horizon final vise en réalité à en introduire les termes, plus globalement, dans l’espace public africain.

Comments


Posts à l'affiche
Posts Récents