top of page

Le rôle des agences de presse dans le soutien des économies futures, en discussion au Sommet mondial des Gouvernements, à Dubaï




Dans le cadre du Sommet mondial des gouvernements (WGS) qui s'est tenu à Dubaï, aux Émirats arabes unis, du 12 au 14 février 2024, l'agence de presse des Émirats (WAM) a organisé une table ronde sur le thème « Façonner les récits économiques : le rôle des agences de presse ». https://wam.ae/a/b1mleh0

A cet effet, le Directeur général de l'Union Africaine de Radiodiffusion, Grégoire Ndjaka, a souligné la nécessité de garantir les capacités actuelles des agences de presse et leur volonté de couvrir et d'interagir avec les secteurs économiques émergents tels que l'énergie verte, la crypto-monnaie et les industries basées sur l'intelligence artificielle.

(Ci-dessous, la présentation du DG de l’UAR)


Chers membres du panel

C’est avec un grand plaisir que je prends la parole devant ce grand rassemblement de fonctionnaires, membres de gouvernements, d'organisations internationales, de leaders d'opinion et de dirigeants du secteur privé, réunis dans cette belle ville de Dubaï pour le Sommet mondial des gouvernements 2024 dont le thème est : «Façonner les gouvernements du futur».

 

Alors que nous abordons ces questions d'actualité, j'aimerais que l’on s’attarde sur une question vitale :

En tant que représentants qui portent les espoirs, les aspirations et, par-dessus tout, les intérêts du peuple, comment les discussions et les décisions prises dans cet auditorium vont-elles parvenir à la majorité des gens que nous représentons ici ?

La réponse à cette question est toute simple: ce sont les médias.

 

Cette table ronde souligne clairement l'importance des médias dans tout discours sur le développement. Elle soutient la capacité des médias à aller au-delà du partage d’informations en mobilisant les citoyens pour qu’ils jouent un rôle actif et participatif en apportant des solutions aux défis économiques et en tirant parti des opportunités de développement.

 

 

LES AGENCES DE PRESSE COMME BOUSSOLE DU MONDE

 

Avant l'avènement de l'Internet, les agences de presse étaient des sources fiables qui fournissaient aux journaux et aux gouvernements des informations sur une grande variété d'événements dans le monde.

Fondée en 1835 sous le nom de HAVAS, l’Agence France Presse (AFP) est la plus ancienne agence de presse au monde et jouit d’une réputation inégalée pour l’intégrité et l’indépendance de ses reportages.

Puis vinrent l’agence américaine Associated Press, en 1846, l’agence anglaise, Reuters en 1851, l’Agence télégraphique russe de l’Union soviétique - TASS, en 1925, etc.

 

Mesdames et messieurs

Avant 1960, les agences de presse occidentales détenaient le monopole de la gestion de l’information. Près de 80 % des contenus circulant dans le monde provenaient des agences de presse internationales. Seulement 20 à 30 % de leur contenu était consacré aux pays en développement. Ceci a créé un déséquilibre flagrant dans l’accès à l’information. (L'image de droite est une illustration claire de la situation : journal imprimé en 1956 à Londres pour les lecteurs d'Afrique de l'Est, avec l'opinion de l'Occident !)

 

 DÉSÉQUILIBRE DANS L’ACCÈS À L’INFORMATION DANS LES PAYS DU SUD 

 

À travers des cadres d’information et des choix éditoriaux délibérés, les agences de presse internationales ont réduit le Sud, l’Afrique en particulier, au niveau de régions perpétuellement négatives, à partir desquelles seules des informations sur la pauvreté, la faim, la corruption, l’insécurité, les conflits et les moyens de subsistance rustiques sont partagées. S’il ne s’agit pas d’une histoire négative sur un pays africain, elle ne constitue pas une nouvelle pour les agences de presse internationales.

 

En 1962, l’Afrique a fait le bilan de son sous-développement en matière d’information. Lors de la création de l'Organisation de l'unité africaine (OUA) en 1963, un groupe d'experts africains aux côtés de l'UNESCO a créé l'Union des agences de presse africaines (UANA), à Tunis. En décembre 1963, l'UANA a tenu sa première assemblée générale à Alger. Pendant plus d'une décennie, l'Union a travaillé en collaboration avec l'URTNA, ancienne UAR, avant de devenir l'Agence de presse panafricaine.



RESPONSABILITÉS DE L'UAR 

 

Malgré ces évolutions et au delà de l’existence des agences nationales, les Africains avaient besoin de plus de sons et d’images pour raconter leur propre histoire. Cette responsabilité et la compréhension du fait que les agences de presse, et même les médias en général, ont un rôle central dans le façonnement des économies futures à travers le contexte de développement particulier du continent africain, ont servi de motivation pour encadrer nos opérations au sein de l'Union africaine de radiodiffusion.

 

PUIS VINT LE CENTRE D'ÉCHANGE DE CONTENUS DE L'UAR.....

 

Pour réaliser cette tâche, l'UAR a créé un centre d'échange de contenus destiné à promouvoir une Afrique qui sert de catalyseur de l'intégration africaine. Le centre abrite AUBVision, une plateforme d'échange de contenus de nouvelles et de programmes réalisés par les télévisions africaines. Elle a été développée pour surmonter les stéréotypes sur l'Afrique et projette l'image d'un continent en mouvement; l’Afrique de demain.


AUBVISION, LA RÉPONSE.....

 

AUBVISION rassemble des diffuseurs et partenaires africains afin de contribuer à l'amélioration de la qualité de vie et à donner une image réelle du continent. Cela illustre notre compréhension du rôle crucial des agences de presse dans la promotion d'espaces de communication positifs pour façonner les économies de demain qui, je dois le dire, dépendent en grande partie de la résilience, de la vigueur et de l'innovation de la jeune population africaine, des ressources naturelles et d'une économie créative florissante. Le centre d'échange de contenu de l'UAR d’Alger fournit des services en anglais, français, portugais et arabe aux rédactions africaines en fournissant des informations politiques et économiques, une couverture des événements sportifs majeurs, des championnats sportifs locaux et des activités culturelles, notamment des festivals, de la musique, de la danse, du tourisme et d'autres formes de divertissement. https://aws2.aubvision.com/


Une capture d'écran de la plateforme d'échange de contenus de l'UAR


PERSPECTIVES

Au cours des 10 à 20 prochaines années, diverses tendances dans de multiples domaines façonneront notre monde. L’une de ces tendances est l’intelligence artificielle générative, une force de transformation susceptible de révolutionner la technologie. De la réglementation et de la conception éthique aux cas d’utilisation potentiels ayant un impact mondial, ce domaine offre une immense valeur aux gouvernements et aux organisations.

L'UAR reconnaît cette force transformatrice, ses potentiels révolutionnaires et les préoccupations réglementaires et éthiques entourant son développement. C’est pourquoi l’UAR organisera un Sommet sur l’intelligence artificielle et les médias afin de promouvoir une utilisation responsable de l’IA dans l’espace médiatique africain.

 

CONCLUSION

En conclusion, je souhaite solliciter votre soutien et inviter vos Excellences, distinguées dames et messieurs, à Yaoundé, au Cameroun, du 4 au 6 mars, pour ce sommet destiné aux diffuseurs du continent africain et aux partenaires d'autres parties du monde.

 

Je vous remercie pour votre attention.


UAE, Dubai, février 2024

AUB-UAR


Sur le même sujet:



 





Comments


Posts à l'affiche
Posts Récents