top of page

Le 31ème sommet de la Ligue arabe s’ouvre le 1er novembre 2022, à Alger

Alger, la capitale de la République algérienne démocratique et populaire vibre au rythme du prochain sommet arabe. A quelques jours de l’ouverture de cet événement d’envergure, le pays procède aux derniers réglages. L'objectif étant de réserver un accueil chaleureux aux différentes délégations invitées au sommet prévu du 1er au 02 novembre 2022. Les délégations viennent des Etats africains membres de la ligue et des Etats arabes du Moyen-Orient.

La Ligue arabe est une union d'États arabes du Moyen-Orient et d’une partie de l'Afrique. Ses membres se rassemblent régulièrement en sommet, dans le but de trouver des solutions à des crises régionales et locales. Elle fut lancée le 22 mars 1945 au Caire en Egypte, alors République Arabe Unie.


Onze pays africains sont membres de la Ligue. Il s'agit notamment de Djibouti, de l'Algérie, du Maroc, de la Tunisie, de l'Égypte, du Soudan, de l'Érythrée, de la Somalie, de la Mauritanie, des Comores et de la Libye.


Les États membres fondateurs de la ligue comprenaient l'Égypte, la Syrie, le Liban, l'Irak, la Transjordanie (aujourd'hui la Jordanie), l'Arabie saoudite et le Yémen. En raison de la défense constante du principe du panarabisme, l'une des valeurs fondamentales de sa fondation, d'autres l'ont rejoint plus tard. Il s’agit de la Libye (1953), du Soudan (1956), de la Tunisie et du Maroc (1958), du Koweït (1961), de l'Algérie (1962), de Bahreïn, d’Oman, du Qatar et les Émirats arabes unis (1971), de la Mauritanie (1973), de la Somalie ( 1974), de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP ; 1976), de Djibouti (1977) et des Comores (1993).

Lorsque l'instabilité politique a frappé le Yémen entre 1967 et 1990, les deux entités parallèles étaient représentées séparément. Chaque membre de la ligue dispose d'une voix au sein du Conseil et une décision est contraignante pour les États membres qui ont voté pour eux.


Les principes fondamentaux de sa fondation étaient de renforcer et de coordonner les programmes politiques, culturels, économiques et sociaux de ses membres et de régler les différends entre eux ou entre eux et des tiers.


La signature, le 13 avril 1950, d'un accord de défense commune et de coopération économique engageait également les signataires à coordonner les mesures de défense militaire. La ligue s'est davantage concentrée sur les programmes économiques, culturels et sociaux. En 1959, elle a tenu le premier congrès arabe sur le pétrole et en 1964 a créé l'Organisation arabe pour l'éducation, la culture et la science (ALECSO). Toujours en 1964, malgré les objections de la Jordanie, la ligue a accordé à l'OLP le statut d'observateur en tant que représentant de tous les Palestiniens. Cela a été mis à niveau vers l'adhésion à part entière en 1976.


Sous la direction de Mahmoud Riad, troisième secrétaire général de la ligue (1972-1979), l'activité politique s'est intensifiée. La ligue, cependant, était affaiblie par des dissensions internes sur des questions politiques, en particulier celles concernant Israël et la Palestine. Après que l'Égypte a signé un traité de paix avec Israël le 26 mars 1979, les autres membres de la Ligue arabe ont voté la suspension de l'adhésion de l'Égypte et le transfert du siège de la ligue du Caire à Tunis, en Tunisie.

Cependant, après avoir harmonisé cette question, l'Égypte a été réintégrée en tant que membre de la ligue en 1989, et le siège de la ligue est retourné au Caire en 1990.


Le dernier sommet de la ligue arabe s'est tenu à Tunis, en mars 2019. En raison de l'apparition de l'épidémie de Covdi-19, les éditions 2020 et 2021 avaient été annulées.


Rassemblés par Irene GAOUDA et Jenipher ASIIMWE, à Alger

Notes additionnelles de l'A.L.S



Comments


Posts à l'affiche
Posts Récents