top of page

COP 28: 26 pays africains signent la déclaration sur l’agriculture durable... et l'action climatique



Alerte infos COP 28:

COP 28: 26 pays africains sur 134 ont signé la déclaration sur l’agriculture durable, les systèmes alimentaire résilients et l’action climatique


Reconnaissant que les impacts climatiques négatifs sans précédent menacent de plus en plus la résilience des systèmes agricoles et alimentaires ainsi que la capacité de nombreuses personnes, en particulier les plus vulnérables, à produire et à accéder à la nourriture face à la montée de la faim, de la malnutrition et des tensions économiques ;


Reconnaissant le profond potentiel de l’agriculture et des systèmes alimentaires pour susciter des réponses puissantes et innovantes au changement climatique et pour débloquer une prospérité partagée pour tous ;


Soulignant la nécessité de concrétiser progressivement le droit à une alimentation adéquate dans le contexte de la sécurité alimentaire nationale ainsi que la nécessité de garantir l'accès de tous à une alimentation sûre, suffisante, abordable et nutritive ;


Notant que l'agriculture et les systèmes alimentaires sont fondamentaux pour la vie et les moyens de subsistance de milliards de personnes, notamment les petits exploitants, les agriculteurs familiaux, les pêcheurs et autres producteurs et travailleurs du secteur alimentaire ;

Notant le rôle essentiel de la coopération internationale et multipartite, y compris la coopération Sud-Sud et triangulaire, les institutions financières et de financement, le commerce et les acteurs non étatiques dans la réponse au changement climatique ;


Réaffirmant nos engagements respectifs, collectifs et individuels, envers l'Agenda 2030 pour le développement durable, la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques et l'Accord de Paris, la Convention des Nations Unies sur la diversité biologique et le Cadre mondial de Kunming-Montréal pour la biodiversité, la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification et le travail conjoint de Charm el-Cheikh sur la mise en œuvre de l'action climatique dans l'agriculture et la sécurité alimentaire ; ainsi que le Sommet des Nations Unies sur les systèmes alimentaires ;


Rappelant également la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques et l'Accord de Paris, reconnaissant qu'ils constituent les principales enceintes internationales et intergouvernementales pour négocier la réponse mondiale au changement climatique ;

Rappelant les conclusions des récentes évaluations du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) et prenant note du rapport de synthèse des co-facilitateurs sur le dialogue technique du premier bilan mondial ;


Nous soulignons que toute voie permettant d’atteindre pleinement les objectifs à long terme de l’Accord de Paris doit inclure l’agriculture et les systèmes alimentaires.

Nous affirmons que l’agriculture et les systèmes alimentaires doivent s’adapter et se transformer de toute urgence afin de répondre aux impératifs du changement climatique.


1. Intensifier les activités et les réponses en matière d'adaptation et de résilience afin de réduire la vulnérabilité de tous les agriculteurs, pêcheurs et autres producteurs de denrées alimentaires aux impacts du changement climatique, notamment par un soutien financier et technique aux solutions, au renforcement des capacités, aux infrastructures et aux innovations, y compris des systèmes d’alerte précoce, qui favorisent la sécurité alimentaire, la production et la nutrition durables, tout en conservant, protégeant et restaurant la nature.


2. Promouvoir la sécurité alimentaire et la nutrition en intensifiant les efforts visant à soutenir les personnes vulnérables grâce à des approches telles que les systèmes de protection sociale et les filets de sécurité, les programmes d'alimentation scolaire et de marchés publics, la recherche et l'innovation ciblées et en se concentrant sur les besoins spécifiques des femmes, des enfants et des jeunes, Les peuples autochtones, les petits exploitants, les agriculteurs familiaux, les communautés locales et les personnes handicapées, entre autres ;


3. Aider les travailleurs des systèmes agricoles et alimentaires, y compris les femmes et les jeunes, dont les moyens de subsistance sont menacés par le changement climatique, à maintenir un travail inclusif et décent, grâce à des approches adaptées au contexte qui pourraient inclure l'augmentation, l'adaptation et la diversification des revenus ;


4. Renforcer la gestion intégrée de l'eau dans les systèmes agricoles et alimentaires à tous les niveaux pour garantir la durabilité et réduire les impacts négatifs sur les communautés qui dépendent de ces domaines interdépendants ;


5. Maximiser les avantages climatiques et environnementaux - tout en contenant et en réduisant les impacts néfastes - associés à l'agriculture et aux systèmes alimentaires en conservant, protégeant et en restaurant les terres et les écosystèmes naturels, en améliorant la santé des sols et la biodiversité, et en passant de pratiques émettrices de gaz à effet de serre à des pratiques plus émettrices de gaz à effet de serre. des approches de production et de consommation plus durables, notamment en réduisant les pertes et le gaspillage alimentaires et en promouvant des aliments bleus aquatiques durables ;


Pour atteindre ces objectifs – en fonction de nos propres circonstances nationales – nous nous engageons à accélérer l’intégration de l’agriculture et des systèmes alimentaires dans notre action climatique et, simultanément, à intégrer l’action climatique dans nos programmes politiques et nos actions liées à l’agriculture et aux systèmes alimentaires.


1. Poursuivre un engagement large, transparent et inclusif, selon que de besoin dans nos contextes nationaux, pour intégrer l'agriculture et les systèmes alimentaires dans les plans nationaux d'adaptation, les contributions déterminées au niveau national, les stratégies à long terme, les stratégies et plans d'action nationaux pour la biodiversité et d'autres stratégies connexes avant la convocation de la COP30.

2. Revoir ou orienter les politiques et le soutien public liés à l'agriculture et aux systèmes alimentaires pour promouvoir des activités qui augmentent les revenus, réduisent les émissions de gaz à effet de serre et renforcent la résilience, la productivité, les moyens de subsistance, la nutrition, l'efficacité de l'eau et la santé humaine, animale et écosystémique tout en réduisant les pertes alimentaires. et les déchets, ainsi que la perte et la dégradation des écosystèmes.


3. Continuer à intensifier et à améliorer l'accès à toutes les formes de financement des secteurs public, philanthropique et privé - notamment par le biais d'instruments mixtes, de partenariats public-privé et d'autres efforts alignés - pour adapter et transformer l'agriculture et les systèmes alimentaires afin de répondre au changement climatique. changement.


4. Accélérer et intensifier les innovations scientifiques et fondées sur des données probantes - y compris les connaissances locales et autochtones - qui augmentent la productivité et la production durables de l'agriculture et des domaines émergents connexes, favorisent la résilience des écosystèmes et améliorent les moyens de subsistance, y compris pour les communautés rurales, les petits exploitants, les agriculteurs familiaux et autres producteurs.


5. Renforcer le système commercial multilatéral fondé sur des règles, non discriminatoire, ouvert, juste, inclusif, équitable et transparent, avec l'Organisation mondiale du commerce en son centre. Alors qu'il nous reste sept ans pour atteindre nos objectifs communs, nous avons l'intention de renforcer la collaboration entre nos ministères respectifs - notamment ceux de l'agriculture, du climat, de l'énergie, de l'environnement, des finances et de la santé - et avec diverses parties prenantes pour atteindre les objectifs et les efforts énoncés dans cette Déclaration, et selon les besoins dans nos contextes nationaux.


Pour maintenir cet élan, nous avons l’intention de bénéficier des réunions régionales et mondiales pertinentes afin de partager nos expériences et d’accélérer l’action nationale et collaborative. Nous examinerons nos progrès collectifs l’année prochaine lors de la COP29 en vue d’envisager les prochaines étapes en 2025 et au-delà.


Pour plus d'informations sur la COP 28, abonnez-vous à la plateforme d'échange de contenus de l'UAR


Liste des pays africains signataires

1- Angola

2- Benin

3- Burundi

4- Cape Verde

5- Chad

6- Comoros

7- Cote d’Ivoire

8- Egypt

9- Ethiopia

10- Gambia

11- Ghana

12- Guinea Bissau

13- Lesotho

14- Morocco

15- Mozambique

16- Nigeria

17- Rwanda

18- Senegal

19- Seychelles

20- Sierra Leone

21- Somalia

22- Sudan

23- Tanzania

24- Uganda

25- Zambia

26- Zimbabwe

Yorumlar


Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Pas encore de mots-clés.
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square
bottom of page